Mettre en place un Plan d’Actions Innovation au même titre qu'un PAC ou un PAM ?

Challenge plutôt difficile que de répondre à cette question, étant donné l’absence d’existant dans la littérature et le caractère apparemment antinomique entre planification et innovation.

Les plans d’actions concernent tous les services de l’entreprise. Ils définissent, organisent, et planifient l’ensemble des actions et des moyens permettant d’atteindre les objectifs fixés par l’entreprise.
Les dirigeants d’entreprise portent une affection toute particulière au Plan d’Actions Commerciales (PAC) et au Plan d’Actions Marketing (PAM), documents hautement stratégiques permettant aux décideurs de se projeter dans l’avenir et de visualiser le positionnement tactique de l’entreprise sur divers horizons temporels.

Quand « innovation » ne rime pas exactement avec « planification » mais davantage avec « structuration »

Lorsque l’on parle d’innovation, on parle davantage d’incertitudes. Et elles sont nombreuses ! Citons par exemple, la question du budget alloué. Rappelons que malgré des investissements colossaux, Nokia, longtemps n°1 du marché, a été relégué en bas de classement avec l’arrivée des smartphones d’Apple et de Samsung.

L’innovation est un processus long, imprévisible et peu contrôlable. Quelle initiative innovante vais-je identifier dans les trois prochains mois ? Sera-t-elle en totale adéquation avec les ambitions de l’entreprise ? Et alors ? Pour autant, n’est-elle pas intéressante et ne permettrait-elle pas à mon entreprise de prendre une longueur d’avance ? L’innovation se veut spontanée, elle ne se planifie pas. Et cela est encore plus vrai pour les innovations de rupture !

Pour toutes ces incertitudes, ces questions et bien d’autres, même s’il s’en inspire, un Plan d’Actions Innovation (PAI) se démarque d’un PAC ou d’un PAM notamment par le fait qu’il laisse davantage de place à la structuration de l’activité qu’à sa planification. Car l’innovation doit être structurée pour anticiper l’impact de cette activité sur les différentes directions de l’entreprise et accompagner la conduite du changement rendue nécessaire par les désordres temporaires et les tensions qu’elle peut générer.

L’innovation est consommatrice de temps et d’argent. Structurer sa démarche permet d’identifier les « fausses bonnes idées » et les mauvais projets le plus tôt possible : les investissements sont limités et les ressources économisées.

Mais alors, est-il réellement pertinent de mettre en place un PAI ?

D’une entreprise à une autre, la nature des activités innovation varient fortement. Néanmoins, l’enjeu reste le même : SURVIVRE. Prenons l’exemple de Netflix qui a rendu obsolète en quelques années les entreprises de location de cassettes et DVD. Et pourtant ! Blockbuster Video, leader mondial en 2004, n’avait pas souhaité racheter Netflix en 2000. Dix ans après, l’entreprise faisait faillite. Face à cette nécessité d’innover, les entreprises doivent réussir à déterminer :

  • Comment faire de l'innovation un moteur de croissance pour l'entreprise ?
  • Comment préparer l'entreprise à intégrer les technologies de rupture qui dessinent le monde économique de demain (IOT, IA, Blockchain…) ?
  • Comment l'innovation peut-elle devenir un levier majeur de la transformation interne ?

Un PAI formalisé manifeste de la volonté de mettre en œuvre au sein de l’entreprise, l’innovation au cœur de la stratégie globale. Il doit prendre en compte trois éléments principaux :

  • La stratégie globale de l’entreprise ;
  • Les exigences de l’environnement et les capacités de l’entreprise ;
  • La mobilisation des parties prenantes dans le processus d’innovation.

Comme le PAC et le PAM, il permet aux différentes directions d’une entreprise de s’aligner sur des objectifs communs, de clarifier les priorités et de concentrer les efforts.

C’est bien beau tout ça, mais concrètement on intègre quoi dans le PAI ?

La démarche d’innovation doit se structurer autour d’un processus maitrisé et des outils dédiés comme par exemple « le pipeline innovation » (de l’idée au projet à sa mise en marché) ou encore l’outil « d’aide à la décision » pour le comité de pilotage innovation (L’initiative répond-elle à un vrai problème ? Quel est le niveau de robustesse de la solution ? La startup a-t-elle les compétences pour exécuter l’ambition du projet ? Quel est le besoin de mobilisation des ressources en interne ? Quel est le niveau de couverture des objectifs stratégiques ? etc.). Un Plan d’Actions Innovation doit déterminer la manière dont l’entreprise va :

  • Explorer. Le PAI doit définir les champs d’innovation prioritaires. Ils doivent constituer des vecteurs de croissance et permettre à l’entreprise de proposer des produits et services différenciants. Par exemple, pour un assureur santé, un champ d’innovation pourrait être consacré « au maintien à domicile des séniors » avec pour objectif de proposer une offre de services payante permettant de faciliter le maintien à domicile des aînés tout en détectant les risques de perte d’autonomie.
  • Embarquer. Le PAI doit définir de quelle manière la culture innovation va se construire et se diffuser au sein de l’entreprise. La matière première de l’innovation est la multitude de cerveaux composant l’entreprise. Cette dernière a donc le devoir de faire en sorte que toutes les idées des salariés puissent s’exprimer tout en étant valorisées. La stimulation des échanges et des interactions entre les équipes est déterminante pour construire un environnement plus ouvert et plus agile.
  • Attirer. Le PAI doit définir la manière dont l’entreprise va développer son écosystème innovation en attirant de nouvelles ressources et idées (hackathon, communiqué de presse, partenariat…).

La rédaction du PAI doit aussi prendre en compte :

  • L’estimation des impacts engendrés par l’activité innovation sur les différentes directions de l’entreprise. Elle n’est pas à négliger, car selon la maturité de la démarche innovation au sein de l’entreprise, le risque de se heurter à un véto mettant à mal les synergies et les ambitions est réel.
  • La définition d’objectifs (au même titre que dans un PAC ou un PAM) : par exemple, le nombre de startups rencontré, le nombre d’idées transformé en projet, le nombre de collaborateurs nouvellement acculturé à la démarche innovation, ou encore le nombre d’idées généré en interne.

L’équation est simple : une démarche innovation non structurée équivaut à une perte de temps et d’argent, et ne permet pas de mobiliser les acteurs en interne. La formalisation d’un Plan d’Actions Innovation doit faire partie intégrante de toute démarche d’innovation et doit être au cœur de la stratégie de l’entreprise, au même titre que le PAC et le PAM.
C’est à vous de jouer !

Ecrit par Laura Berthaud, Consultante Senior